Cette page est destinée à partager des messages particuliers, parfois aussi courts que bouleversants, mais toujours spontanés et authentiques, comme savent l'être les animaux, tellement mieux que nous.

ENTRETIEN AVEC TÉNOR... Au pré pendant notre confinement.

4 Avril 2020

Ténor est le cheval de ma Maman. Il a 22 ans.
Même si nous sommes séparés de 500km, il fait partie de mes tout premiers «sujets d’étude»... Autant dire que je le suis depuis de nombreuses années et que la communication est toujours très fluide.
A la demande de son humaine, j’ai profité de cette période de confinement pour lui expliquer la situation et lui demander, évidemment, comment il se sentait.
Ténor est maintenant un vieux cheval. Il est bien ancré, intelligent, sage et plein d’énergie. Il vit dans un très grand pré, au milieu d’un grand troupeau, avec ce que ça implique comme mésaventures au quotidien : les petits nouveaux qui troublent l’équilibre du troupeau, les anciens qui nous quittent, les saisons, les bobos, etc.

La situation actuelle de confinement est un événement supplémentaire qui vient perturber leur quotidien. Leur propriétaire ne vient plus, ou moins souvent et surtout il s’inquiète pour son cheval, ce que certains d’entre eux perçoivent, même à distance. Et à ce sujet, Ténor avait quelque chose de tout à fait étonnant à nous dire et avec l’autorisation de son humaine, j’ai le plaisir de le partager avec vous.
(Pour rappel, les informations me parviennent sous formes de pensées-images-ressentis. Les mots que je pose dessus sont un moyen de vous communiquer ces pensées. Ténor n’utilise évidemment pas le mot «virus», mais il a conscience de ce qui touche notre monde.
A noter également : il se trouve en Alsace où l’ambiance générale est, comme vous le savez, particulièrement délétère en cette région largement touchée par le Coronavirus.
Voici, donc, ce qu’il m’a confié, tout à fait spontanément, lorsque je lui ai expliqué pourquoi son humaine ne venait plus le voir :
«Je sais. (pour la situation, l’épidémie...). Quelque chose change aussi au niveau de l’énergie des chevaux, ici. Il y a un changement de conscience et un nouveau «vivre ensemble» qui s’organise. Les humains vivent un tournant important, les animaux, eux, reprennent des forces et s’apaisent, tout en recevant une énergie nouvelles, puissante, unifiante, orchestrée par une Grande Force et très largement diffusée (elle ne se résume pas au virus).
Les animaux ici sont touchés par cette nouvelle conscience de qui ils sont. C'est une nouvelle richesse, une nouvelle intelligence.
Alors il faut s’attendre à des changements en chacun de nous. Et les humains percevront ce changement plus tard (lorsqu’ils retrouveront leur cheval) de façon positive ou négative, selon qu’il se présentera avec humilité ou non devant son cheval.
Je sais que tu ne reviendras pas tout de suite. Nous nous réorganisons aussi.
Les chevaux acceptent ce qui arrive et «vivent avec», contrairement aux humains qui cherchent à «éradiquer».
Ce «virus» est «créateur», «sculpteur de nouvelles choses» et n’est qu’une partie visible d’une grand changement largement organisé. Il est l’un des nombreux acteurs au service d’un nouveau monde, dont, encore une fois, l’humain profitera, selon qu’il se montre humble et capable de réapprendre.
Ce dont nous avons besoin actuellement, c’est la quiétude des hommes. Leur confiance. Les jeunes (chevaux) sont en train d’apprendre ! Nous leur faisons profiter de notre sagesse, il y a une continuité dans les apprentissages que vous avez amorcés avec eux avant. Soyez confiants.
Il se forme ici une sagesse nouvelle, globale. Certains auront du mal à reconnaître leur cheval. Mais ils auront la mission de reconnaître ce qu’il aura de meilleur

TÉNOR, AVRIL 2020

 

 

Le chien vieillissant

2017

"Le chien vieillissant a tant de choses à dire. Il nous connaît par cœur. Il a plus que jamais le temps de nous observer, de nous aimer, d'attendre qu'on prenne le temps pour lui. Pour nous, en fait, souvent. Le chien vieillissant nous rappelle que nous faisons du temps ce que nous voulons. Et qu'il est bon, de temps en temps, le plus souvent possible, de le prendre pour s’assoir là, à côté de ceux qu'on aime, pour leur dire simplement "Merci d'être là".
Le chien vieillissant vit avec ses douleurs, et avec ce sentiment d'impuissance lorsqu'il ne peut plus nous suivre, nous aider et nous consoler comme il l'aimerait.
Il est patient. Encore. Parce que notre vie à nous continue de courir.
Le chien vieillissant a tellement de choses à nous dire. La plus belle preuve d'amour qu'on peut lui offrir encore, c'est de l'écouter..."
A ma Grande, qui m'accompagne depuis
11 ans et demi maintenant.
 
J'ai cette chance de pouvoir communiquer quotidiennement avec ma Grande qui m'accompagne depuis plus de 11 ans. Un bel âge pour une Dogue de Bordeaux. Et je sais à quel point c'est précieux de pouvoir comprendre les choses. Comprendre qu'elle a besoin de calme alors que je pensais qu'elle aimait être sollicitée. Comprendre qu'elle préfère garder la laisse en promenade, car sa vue baissant, ce lien la rassure. Qu'elle a besoin de se rendre à la Cascade parce qu'à cet endroit, les énergies lui sont agréables. Que j'ai besoin, moi, de prendre soin de ma santé, de poser mes limites et de m'assoir un peu, à côté d'elle, pour lui dire "Merci d'être là" et pour entendre "Je t'aime".

Le chien vieillissant, (Suite), à l'écoute dans le silence des flocons

Janvier 2018

Ce matin, je regardais la neige tomber dans mon jardin depuis la fenêtre de mon bureau.
Je suis toujours fascinée par le silence que crée l’impact de ces millions de petits cristaux sur la Terre.
J'aime confier à ces petits flocons, l'espace de quelques instants, l'effervescence de ma vie quotidienne et de mes pensées, puis me délecter de la sensation de plénitude et de sérénité que cela me procure. Un instant à l'écoute du silence. Un moment de repos. Une pause. Là.
Seule avec moi-même et des millions de flocons.

 

Existe-t-il un moment plus propice que l'hiver pour prendre le temps d'être à l'écoute ? Du silence, d'abord, pour pouvoir s'entendre soi, puis ceux qui nous sont chers ?
Et si ceux qui nous sont chers étaient déjà à notre écoute ? Et s'ils avaient quelque chose à nous dire ? N'est-ce pas le moment de tendre l'oreille ?

 

J'ai regardé ma chienne qui était là, juste à côté de moi et je lui ai demandé si elle avait envie de me parler. Elle m'a chuchoté : "Et si on allait dehors ?"
Son grand âge et son arthrose ne lui permettant plus de se promener très loin ni de jouer, je lui demande machinalement :
"Pour quoi faire ?
- Rien !"
J'ai ouvert la porte et on a regardé les flocons tomber, pendant que l'air frais caressait nos poumons...
C'était un moment pour elle et moi. Un moment précieux à l'écoute de Soi et de l'Autre.

 

 

 

Le chien vieillissant... Suite et fin... :'(

14 février 2018

 

Hommage à ma Grande, ma Patate...
partie le 14 février 2018, à l'age de 12 ans.
Je n'ai pas peur de dire que c'est ma chienne qui m'a appris à aimer.
J'étais arrivée à un stade de ma vie ou plus rien n'avait vraiment de sens lorsqu'un soir comme un autre, mon regard vide a croisé le sien. Elle était là, juste devant moi, comme tous les soirs. Assise, solide, paisible.
Et elle me fixait avec une douceur que je n'avais croisé dans aucun regard jusque là. Une douceur qui m'a prise aux tripes, qui m'a secoué le cœur. Je me suis sentie envahie d'une émotion aussi forte qu'indescriptible.
Je me suis approchée d'elle et je l'ai prise dans mes bras, comme on embrasse un vieil ami.
Elle devait avoir six ans. Six ans passés à mes côtés et c'était la première fois que je comprenais ce regard et qu'il faisait écho en moi, comme un tremblement de Terre.
Je venais de ressentir l'amour inconditionnel.
Ce jour, alors que je croyais que je ne pourrais plus aimer, j'ai compris au contraire que je n'avais encore jamais vraiment aimé.
Ce jour-là, j'ai appris que j'avais une force dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Un superpouvoir venu de nulle-part. Enfoui, là, juste là, prêt à exploser !
J'étais capable d'aimer inconditionnellement.
Je l'avais en moi.
C'était tellement fort que je n'avais plus peur. Ni de la vie, ni de la mort. Savoir aimer, c'est être capable de trouver la Paix.
Et quand on est en Paix, on n'a plus de peurs.

A Ma Grande,
Partie ce mercredi, 14 février 2018, jour de l'Amour,
Grâce à qui j'ai compris que j'étais capable d'aimer. Inconditionnellement. Et de devenir Maman un jour.

 

Serge, le pigeon entravé...

2016

Notre voisin était un monsieur très discret mais généreux et un véritable amis des animaux. Il venait d'adopter 4 poules et 1 pigeon, lorsque le cancer l'a brutalement emporté. Ses 2 fils nous ont alors demandé si l'on acceptait de prendre soin de sa petite bassecour. Et voilà comment ce petit monde est entré dans ma vie... et dans mon jardin.
Depuis ce jour, Serge le pigeon vit en totale liberté. Malheureusement, il arrive  que ses pérégrinations quotidiennes lui apportent quelques misères. Un jour, c'est une ficelle de sac poubelle qui lui ligote les pattes, un autre, c'est un chat qui lui a volé une plume... Mais chaque soir, il rentre sagement au poulailler, quelles qu'aient été ses aventures de la journée.
Il y a quelques jours, Serge est rentré avec un grosse ficelle attachée aux pattes, le contraignant à ne se déplacer qu'à tout petits pas maladroits. Il était déjà revenu un jour avec un fil mais il était assez long pour que je puisse l'attraper sans difficultés. Mais cette fois, la ficelle était bien emberlificotée entre ses pattes et ne me laissait aucune prise.
J'ai bien essayé, chaque matins et soirs, d''intercepter Serge à l'entrée du poulailler, mais il est agile et il est difficile d'aller contre ses réflexes. Alors au bout de quelques tentatives infructueuses, j'ai décidé de lui consacrer le temps qu'il faudrait pour le sortir de cette affaire et mes ciseaux en poche, j'ai commencé à communiquer avec lui.
Les animaux ont beau comprendre nos intentions, il ne suffit pas de les en informer pour qu'ils puissent surmonter leurs réflexes que des milliers de générations avant lui ont pris soin d'entretenir pour leur survie. Mais il fallait bien que je l'attrape et à force de persévérance, c'est bien la Communication Intuitive® qui m'a permis de délivrer ce cher Serge de ses entraves.
Chaque fois que je m'approchais de lui, Serge s'envolait, évidemment. Son réflexe de fuite était toujours le plus fort et ne l'autorisait pas à se laisser attraper, même pour de bonnes raisons. Mais je refusais d'abandonner et j'ai très vite remarqué qu'à chaque communication suivie d'une tentative, Serge s'enfuyait un peu plus tard et revenait plus vite vers moi, se reposer sur la porte de mon jardin.
En fait, il me laissait de plus en plus de chance de l'attraper. C'était bouleversant !
Il luttait contre ses propres réflexes et finalement, ce fût une histoire de moins d'une heure. J'ai pu attraper Serge et lui rendre toute sa mobilité.

"Si l'on s’appuie sur du vide, on tombe !"

2016
"La peur du danger, du malheur et de la tristesse est omniprésente.
Nous sommes impuissantes.
Ne nous débattons pas contre ce qui n’est pas
ou ce qui n’est pas encore. Vivons l’instant !
Si l'on s’appuie sur du vide, on tombe !"
Sage message d'une chatte à son humaine qui avait beaucoup de mal à vivre sereinement après de terribles événements.
Ces mots "Si l'on s’appuie sur du vide, on tombe !", sont un véritable enseignement.
Si l'on avance selon nos peurs, nous évoluons dans un monde qui n'existe pas !
C'est tellement logique et tellement plein de sens...

La mésange Bleue

C'était un 25 décembre 2015 :
«Est-ce que la Nature se fait jolie ?»,
me demanda un petit oiseau bleu, à quelques arbustes de moi.
C’était Noël. J'ai pensé d’abord qu'il parlait de nos sapins décorés...
Il insista : «Est-ce que la Nature se fait jolie ?».
C'est là que j'ai remarqué quelque chose d'anormal, et inquiétant : il était posé sur un Forsythia en fleurs... Ces
fleurs jaunes qui ne jaillissent normalement qu'aux premiers rayons de printemps ! Il se balançait légèrement. Le vent était très discret et doux... Beaucoup trop doux pour un Noël.
«Non, le printemps n’est pas encore là, lui répondis-je.
Le grand froid arrive. Il est en retard, mais il arrive. Préparez-vous bien.»
Cet oiseau de mars était venu me demander si le printemps était déjà là. J’étais émue qu’il s’adresse à moi, mais inquiète de le voir aussi désorienté que notre Nature.


Et découvrez aussi les nombreux témoignages de Communications dans le Livre d'Or !